Attention aux confidences hâtives au début d'une relation amoureuse





Quand la fièvre de l’amour nous gagne, on est souvent prête à suivre l’autre jusqu’au bout du monde. On a envie de se dévoiler entièrement à lui et de le faire pénétrer dans notre univers le plus intime. Malheureusement, on brûle parfois les étapes.

Ah! Les premiers moments d’une rencontre…

Il plonge ses yeux dans les nôtres. « Qui es-tu? », semble dire son regard. Dans l’extase du moment, on a envie de tout raconter. On ouvre le grand livre de son intimité, on tombe dans le récit des événements passés, des désirs et des peines. On a l’impression que dans sa première phase, l’amour « guérit » tous les maux, toutes les angoisses. C’est l’amour-médecin, l’amour-psychiatre. On se sent en confiance et on parle, on parle, on parle…

Un peu de discernement…

L’erreur, ce n’est pas de tout dévoiler de soi, puisqu’il est normal et sain de s’ouvrir à celui qu’on aime, mais de le faire trop tôt, et sans discernement. Selon elle, en s’ouvrant trop vite, on risque de brûler les étapes. Car plus on s’ouvre, plus on s’attache. On croit avoir rencontré l’âme sœur, alors qu’il ne s’agit souvent que d’une attirance physique, d’une passion irrationnelle, inattendue, échappant à la volonté.
Un grand besoin d’affection et d’amour peut inciter à se jeter tête baissée dans une relation… On ne prend pas toujours le temps de voir à qui on a affaire et on peut faire un mauvais choix. Quand on espère une vie amoureuse et que le désir sexuel se met de la partie, le cerveau ne travaille plus très fort…
Comment, dans un tel état, porter un jugement sain sur cette nouvelle personne avec qui on imagine pouvoir faire un long chemin? Non, ce n’est pas facile quand on devient amoureux de rester sage et de retenir ses sens, son cœur… et ses mots. Il n’y a pas le feu, quand même! Il faut prendre le temps de s’apprivoiser en pratiquant ensemble certaines activités par exemple. Prendre le temps, en fait, de voir qui est cet autre, de voir si notre philosophie de vie s’accorde à la sienne, si nos valeurs fondamentales rejoignent les siennes, si on peut établir une complicité et partager des projets.

Étape par étape, donc. Sans précipitation.


Au lieu de cela, bien souvent, tout va très vite: Le premier dîner romantique, les confidences, le rapprochement des corps, de courtes fréquentations… Puis, au fil des semaines, la réalité nous rattrape et, souvent, on déchante. L’autre n’est pas celui qu’on croyait. Les manies, les faiblesses, les petits travers qui au début avaient tant de charme à nos yeux deviennent autant de sujets de désillusion. Quand l’autre se sert des confidences qu’on lui a faites pour nous dire nos quatre vérités, on s’en mord les doigts.
Quand l’amour déchante, la hargne et l’amertume souvent s’installent, et les coups bas fusent. Se servir du passé de son conjoint, des aveux faits dans les moments de tendresse, c’est un comportement déloyal puisqu’on ne respecte pas le cadre dans lequel la confidence a été faite.
Il faut refuser catégoriquement que l’autre se serve de notre passé et utilise des confidences qui ont été faites dans un tout autre contexte. Il y a de la cruauté dans le fait d’utiliser la vulnérabilité de son partenaire, de se servir de ses points faibles pour lui faire mal. Dévaloriser l’autre est souvent une façon de le dominer et de diriger la relation. On veut s’approprier l’existence de l’autre, en quelque sorte. Cette soif de domination est si forte chez certains qu’ils ont parfois du mal à accepter que l’autre ait pu exister avant eux. Leurs reproches signifient: « Tu n’avais pas le droit de vivre ce que tu as vécu ».
Attention aux confidences hâtives au début d'une relation amoureuse Attention aux confidences hâtives au début d'une relation amoureuse Reviewed by Rédaction on novembre 05, 2018 Rating: 5

Aucun commentaire